Biennale de la Langue Française

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Envoyer Imprimer PDF


MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPEENNES

Secrétariat d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie



Message de Monsieur Alain JOYANDET

Secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie

A l’occasion de la 23e Biennale de la langue française

Sofia – 29 octobre 2009



Monsieur le Président de la République de Bulgarie,

Monsieur le Vice-ministre des Affaires étrangères de Bulgarie,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Excellences,

Monsieur le Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie,

Mesdames et Messieurs les représentants des associations,

Mesdames et Messieurs,

Cher(e)s ami(e)s francophones,



Il ne m’a pas été possible d’être à Sofia aujourd’hui, à mon grand regret d’autant que je suis sensible à l’honneur qui m’a été fait d’intégrer le Comité de parrainage de cette 23e Biennale de la langue française au côté de personnalités aussi éminentes que M. Jelev, ancien président de la République de Bulgarie, de M. Staïkov, vice-ministre des Affaires étrangères de Bulgarie, et de Mme l’ambassadeur Irina Bokova que j’ai chaleureusement félicitée suite à sa récente élection à la direction générale de l’UNESCO.


Je tiens à remercier les organisateurs de cette 23ème Biennale de la langue française de leur invitation et à les féliciter pour la richesse du programme proposé, qui me semble appréhender la francophonie dans ses multiples dimensions. J’observe avec satisfaction que les grands thèmes de ce programme entrent en résonance avec les axes stratégiques de la coopération du ministère français des Affaires étrangères et européennes dans les pays du Sud-Est européen en matière de promotion de la diversité culturelle, du multilinguisme et du français.


Mesdames et Messieurs, c’est en effet d’abord dans les systèmes éducatifs que se joue l’avenir du plurilinguisme et du français « langue de partage et d’ouverture ». Avec la Commission européenne, nous plaidons résolument pour un enseignement obligatoire durant la scolarité de deux langues vivantes en plus de la langue maternelle. Nous nous réjouissons que, dans cette région des Balkans, les dispositifs bilingues connaissent un succès qui ne se dément pas, comme en témoigne le développement soutenu des sections bilingues du secondaire et des filières francophones des universités.


Enseigner ou apprendre une langue renvoie nécessairement à des identités, à des cultures. Il importe en conséquence, que les enseignants soient le mieux préparés possible à leur rôle de passeurs culturels. Je ne doute pas que la question du recrutement des enseignants sera abordée au cours de vos travaux. Elle est en effet capitale pour l’avenir du français et du multilinguisme dans cette région.


Mesdames et Messieurs, la langue française doit demeurer une grande langue de communication internationale, en Europe tout d’abord. Vous savez combien la France, seule d’abord en 1992, puis rejointe, en 2002, par la Communauté française de Belgique, le Grand Duché du Luxembourg et l’Organisation internationale de la Francophonie, a déployé d’efforts pour que les élargissements progressifs de l’Union Européenne ne bousculent pas irrémédiablement les équilibres linguistiques. Le plan pluriannuel d’action pour le français en Europe que l’OIF met en œuvre avec le concours des centres et instituts culturels français et des Alliances françaises aura permis de former plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires en charge de dossiers européens, 12000 pour la seule année 2008. Depuis plusieurs années, en complément de ce plan, la France accompagne au niveau bilatéral les pays des Balkans qui tous ont vocation à intégrer l’Union et qui souhaitent que leurs agents des administrations centrales se forment « au » et  « en » français pour être en mesure d’en avoir l’usage dans les instances européennes.


La récente présidence française de l’Union européenne s’est attachée à souligner toute l’importance qu’elle accorde à la promotion du multilinguisme. Ainsi, nous avons organisé le 26 septembre 2008 à Paris, à la Sorbonne, des Etats généraux du multilinguisme puis nous avons proposé au Conseil de l’Union, qui l’a adoptée, une résolution relative à une stratégie européenne en faveur du multilinguisme. Cette résolution invite notamment les Etats membres à promouvoir la diversité linguistique et le dialogue interculturel en renforçant le soutien à la traduction afin de favoriser la diffusion des idées et des savoir ainsi que la circulation des œuvres en Europe et dans le monde. La diversité des langues est constitutive du projet européen. La traduction – qui permet de concilier l’attachement légitime des citoyens à leur langue avec les impératifs de l’échange – contribue à la promouvoir.




La réflexion que vous mènerez dans le cadre de cette 23e biennale sur les identités francophones des pays du Sud-Est européen, permettra d’interroger l’identité francophone de chacun d’entre eux dans la triple relation qu’elle entretient avec les autres identités francophones balkaniques, avec les identités francophones du reste de l’Europe et avec celles des autres continents. La devise de l’Union « in varietate concordia » pourra ainsi trouver à s’appliquer également à cette Francophonie européenne aux multiples visages. Je suis persuadé que vos travaux sauront illustrer cette unité dans la diversité à laquelle nous aspirons pour la paix et la prospérité de nos peuples.


Soyez assurés, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, de mon vif intérêt pour cette rencontre. Vos travaux ne manqueront pas d’éclairer les décideurs sur les orientations à donner pour que la Francophonie et l’Union européenne continuent, chacune à sa manière, à rassembler toutes les bonnes volontés au service des grands idéaux qui nous animent et donnent du sens à nos actions.


Je souhaite plein succès à cette 23e Biennale de la langue française et vous remercie de votre aimable attention.

 

Accréditation OING Francophonie

Sommaire des Actes de la XXIIIe Biennale

Sommaire

Remerciements

Allocutions et messages

M. le Président Gueorgui Parvanov

M. Alain Joyandet

L'Honorable James Moore

M. Roland Eluerd

Vœux de la 23e Biennale et Voeux en bulgare

Synthèse des travaux, rédigée par Roland Eluerd

Actes du colloque en Sorbonne, samedi 29 novembre 2008

M. Radu Ciobotea

M. Antony Todorov

Gueorgui Jetchev

René Meissel


Actes de la XXIIIe Biennale, Sofia, 29 octobre-1er novembre 2009

Vendredi 30 octobre

Présidents de séances : M. Vincent Henry, directeur délégué aux programmes, Agence universitaire de la Francophonie, Bureau Europe centrale et orientale. Mme Anna Krasteva, professeur de sciences politiques à la Nouvelle Université Bulgare. M. Alain Vuillemin, professeur à l'Université d'Artois. Mme Raya Zaïmova, Institut d'études balkaniques de l'Académie bulgare des sciences.

Mme Andromaqui Haloçi

Mme Cheryl Toman

Mme Mariana Perisanu

Mme Irina Babamova

M. Jean R. Guion

Mme Monique Cormier

M. Erich Weider

M. Stoyan Atanassov

Mme Roumiana L. Stancheva

Mme Rennie Yotova

Mme Mihaela Chapelan

M. Stéphane Gurov


Samedi 31 octobre.

Présidents de séance : M. Richard Lescure, maître de conférence des universités, attaché de coopération éducative au Centre culturel français de Sofia. Mme Line Sommant, docteur en linguistique, professeur associé à l'Université de Paris III, vice-présidente de la Biennale de la langue française. M. Abderrahmane Rida, directeur de l'Institut de la Francophonie pour l'administration et la gestion (IFAG), Sofia. M. Roland Eluerd, docteur d'État ès lettres, président de la Biennale de la langue française.


M. Stéphane Lopez

M. Gueorgui Jetchev

Mme Claire-Anne Magnès

M. Mohamed Taïfi

Mme Stephka Boeva

M. Simeon Anguelov

Mme Odile Canale

M. Jean-Alain Hernandez

M. Richard Lescure

M. Moustapha Tambadou

M. Amadou Lamine Sall

M. Andrey Manolov

M. Alain Vuillemin





A la Une

La Biennale de la langue française et ses partenaires* organisent un colloque international qui se tiendra à Chicago du 2 au 5 octobre 2019 autour de la thématique « Bilinguisme, plurilinguisme : mythes et réalités. Quels atouts pour la francophonie ? ». Les inscriptions sont ouvertes.