Biennale de la Langue Française

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Actualités XXe Biennale XXIVe biennale de la langue française

XXIVe biennale de la langue française

Envoyer Imprimer PDF

 La XXIVe Biennale de la langue française s’est tenue à TALLINN, les 16 et 17 septembre 2011, sur le thème : La diversité culturelle et linguistique dans les réseaux sociaux de l’univers numérique. L’Estonie, l’Europe, la Francophonie.



Placée sous le Haut Patronage des Autorités estoniennes et des Autorités françaises, elle a réuni 18 intervenants venus du Sénégal, de Bulgarie, du Canada, des États-Unis, de Belgique, de Suisse, de Finlande, de France et d’Estonie.


La séance d’ouverture présidée par Monsieur Jaak Aaviksoo, ministre de l’Éducation et de la Recherche de l’Estonie, a été honorée de la présence des ambassadeurs de Belgique, de Suisse, du Canada, de Grèce, de Moldavie et de France, ainsi que par des représentants des ambassades d’Allemagne, de Pologne et de Turquie.


Consacrés à l’étude des réseaux sociaux numériques, les travaux ont abordé leur présence dans le monde francophone, leurs rôles actuels et leurs rôles souhaitables dans les politiques linguistiques, dans l’éducation, l’écriture et l’édition, les risques possibles pour les utilisateurs.


Peuvent être retenus en particulier :

  • la place du français donc d’un espace de diversité linguistique sur les réseaux n’est pas négligeable et donne une bonne base de progression possible ;

  • la présence massive des moins de 20 ans sur les réseaux entraîne une disparition des messageries et des courriels : tous communiquent par le réseau ;

  • les usagers doivent être considérés dans leurs pratiques réelles et les politiques linguistiques conduites en tenant compte de ces pratiques comme le souligne le projet DILINET ;

  • les réseaux peuvent créer de nouvelles pratiques d’écriture et de nouvelles pratiques éditoriales : ce dernier point a été précisément considéré dans l’espace africain :

  • la e-éducation procède dès maintenant de ce qu’un participant a appelé le Web social, préférant cette appellation à Web 2.0 : les réseaux pédagogiques remodèlent complètement la relation enseignants – enseignés – objets enseignés – lieux pour créer un environnement en autodéveloppement où l’espace virtuel est très réel ;

  • la généralisation du numérique conduit à des états de fait qui cessent d’être virtuels : en conséquence, une pratique maîtrisée des réseaux tout autant que des risques qu’ils comportent demande qu’une attention particulière soit portée à une éducation critique aux médias numériques et au cyber-droit en français.


Plusieurs des vœux adoptés par la Biennale lors de sa séance de clôture reviennent sur ces points.


En venant traiter de ces questions à Tallinn, capitale d’une Estonie que l’une des intervenantes a présentée comme une «Â e-Estonie », non pas virtuelle mais très réelle, la Biennale a fait un choix qui a porté ses fruits.


Mais dans un avenir plus proche, la Biennale de la langue française mettra son expertise au service des réflexions du prochain Forum international de la Francophonie (Québec 2012) et organisera son 5e Colloque international, sans doute en mars 2012, sur le thème :

Place, usages et variantes du français sur l’Internet collaboratif.




VŒUX DE LA 24e BIENNALE DE LA LANGUE FRANÇAISE

TALLINN – 16 ET 17 SEPTEMBRE 2011


Premier vœu.

Par la dynamique croissante de ses enseignements du français comme par la haute compétence de ses pratiques numériques, l’Estonie est un atout pour la Francophonie.

La 24e Biennale de la langue française souhaite que tous les appuis et moyens soient apportés aux institutions et aux personnes qui contribuent à cette richesse.


Deuxième vœu.

L’univers numérique doit devenir un vecteur de la diversité culturelle et linguistique.

La 24e Biennale de la langue française formule les souhaits suivants :

  • que les utilisateurs du numérique soient toujours considérés dans leurs dimensions personnelles et sociales, celles de leurs pratiques linguistiques et culturelles ;

  • que la présence de plus en plus importante du numérique soit prise en compte dans les politiques linguistiques ;

  • que soit développée une éducation critique aux médias numériques.


Troisième vœu.

Sous des formes diverses, l’univers numérique sera de plus en plus présent dans l’enseignement.

La 24e Biennale de la langue française souhaite que les professeurs de français langue étrangère et langue seconde disposent des formations et des financements leur permettant de mettre le numérique au service de leur travail.


Quatrième vœu.

Un monde d’une seule langue serait un monde enfermé dans une seule manière de voir et de comprendre le monde.

La 24e Biennale de la langue française souhaite que le programme de l’Organisation internationale de la francophonie «Â Le français dans la diplomatie et la fonction publique » reçoive tous les appuis et les financements nécessaires pour se poursuivre et se développer puisque qu’il est le seul moyen d’accéder au français pour les fonctionnaires internationaux de langue étrangère.


Cinquième vœu.

Une Francophonie sans circulation des hommes et des idées serait une Francophonie inerte.

La 24e Biennale de la langue renouvelle le vœu que cette liberté soit favorisée, tout en étant conditionnelle et contrôlée, et soutient le projet de l’Alliance francophone internationale pour un «Â visa francophone » permettant la circulation des créateurs de richesses économiques et culturelles dans l’espace de la Francophonie.


TRADUCTION DES VŒUX EN ESTONIEN

Premier vœu

Eesti, kus on kasvav prantsuse keele õpetuse dünaamika ning kõrge IT-alane kompetents, on frankofoonia levikule igati trumbiks.

24 prantsuse keele biennaal soovib, et igakülgne  toetus, abi ja vahendid antaks institutsioonidele ja isikutele, kes panustavad selle rikkusesse.


Deuxième vœu

Infotehnoloogia ühiskond peab muutuma kultuurilise ja keelelise mitmekesisuse peafaktoriks.

24 prantsuse keele biennaalil tehti alljärgnevad järeldused:

-  infotehnoloogia rakenduste kasutajaid tuleb alati käsitleda vastavalt nende kultuurilisele, keelelisele, isiklikule ja sotsiaalmõõtmele;

-  keelepoliitikas tuleb arvestada infotehnoloogia rakendustekasutamise  üha suureneva rolliga;

-  tuleb arendada ja õpetada kriitilist lähenemist internetimeediale.


Troisième vœu

IT-maailm, oma erinevates nüanssides, tungib üha enam haridusvaldkonda.

24 prantsuse keele biennaal soovib, et prantsuse keelt  võõrkeelena õpetajad saaksid oma käsutusse ettevalmistuse ja finantseerimise, mis võimaldaks neil IT-valdkonda maksimaalselt oma töös rakendada.


Quatrième vœu

Ühekeelne maailm oleks maailm, milles nähakse ja mõistetakse maailma ainult ühel viisil.

24 prantsuse keele biennaal soovib, et Rahvusvahelise Frankofoonia Organisatsiooni programm “Prantsuse keel diplomaatias ja riigiteenistuses” leiaks igakülgset toetust ja rahastamist, sest see on ainuke võimalus riigiametnikele rahvusvahelises teenistuses omandada prantsuse keel.


Cinquième vœu

Frankofoonia ilma inimeste ja ideede liikumiseta jääb inertseks.

24 prantsuse keele biennaal soovib, et  see vabadus oleks igati soositud, olles samas tingimuslik ja kontrollitud, ning toetab rahvusvahelise frankofoonia alliansi projekti “frankofoonia viisa”, mis lubab majanduslike ja kultuuriliste rikkuste loojatel liikumist frankofoonia ruumis





Sous le Haut Patronage

des Autorités estoniennes et des Autorités françaises


24e Biennale de la langue française

TALLINN

16 et 17 septembre 2011


La diversité linguistique et culturelle sur les réseaux sociaux de l’univers numérique.

L’Estonie, l’Europe, la Francophonie.


Vendredi 16 septembre


9 h à 10 h

Séance solennelle d’ouverture

Sous la présidence de

S.E. Monsieur Jaak Aviksoo

Ministre de l’Éducation et de la Recherche


S.E. Monsieur Frédéric Billet

Ambassadeur de France en Estonie

M. Roland Eluerd

Président de la Biennale de la langue française


10 h à 10 h 30

Pause


10 h 30 à 12 h

Première séance de travail

Les réseaux sociaux numériques : approches internationales.

Présidence de séance : M. Tõnis Lukas

Président du groupe d’amitié Estonie-France au parlement estonien.


Mme Malle Talvet-Mustonen, ancien ambassadeur d’Estonie en Belgique et au Luxembourg. Directrice Relations bilatérales européennes et transatlantiques, Ministère des Affaires étrangères, Tallinn, Estonie.

e-Estonie, réelle ou virtuelle ?

M. Alexandre Wolff, responsable de l’Observatoire de la langue française à l’OIF, Paris, France.

Univers numérique : mesurer la diversité linguistique.


13 h à 14 h 30

Résidence de S.E. Monsieur Frédéric Billet

Ambassadeur de France en Estonie

Réception des biennalistes


15 h à 16 h 30

Deuxième séance de travail

Les réseaux sociaux numériques : approches nationales.

Présidence de séance : M. Eric Weider

Docteur en linguistique, professeur, journaliste, membre du fichier français de Berne, Suisse.


M. Abdoullah Cissé, professeur de droit, universités de Saint-Louis et Dakar. Membre du Comité scientifique du Secrétariat international permanent Droits de l'Homme et gouvernements locaux. Expert en légistique et en cyberdroit. Sénégal.

Quelle utilisation responsable des réseaux et services multimédias dans un environnement pluraliste ?

M. Thibault Grouas, chargé de mission (Langues et numérique) à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, Paris.

Comment les réseaux sociaux impactent-ils la politique culturelle et linguistique en France ?

M. Ivan Momtchev, doyen de la Faculté francophone de Génie électrique à l’Université technique de Sofia, Bulgarie.

Réseaux sociaux : utilisation, impact et risques. Une vue bulgare.


16 h 30 à 17 h

Pause


17 h à 18 h 30

Troisième séance de travail

Les réseaux sociaux numériques : numérique, littérature et écriture.

Présidence de séance : M. Bernard Paqueteau

Directeur de l’Institut français d’Estonie, conseiller culturel, ambassade de France en Estonie.


Mme Cheryl Toman, professeure associée, Case Western Reserve University, États-Unis.

Les réseaux sociaux et la littérature africaine : création, engagement, et diffusion chez les écrivaines d’expression française.

Mme Line Sommant, docteur en linguistique, maître de conférence à l’université de Paris III, France.

Impact des nouvelles technologies sur l’écrit : le langage SMS.

Mme Claire-Anne Magnès, ancienne rédactrice en chef de Francophonie vivante, journaliste de la presse périodique (langue et littérature), Bruxelles, Belgique.

Réseaux sociaux numériques : le pouvoir indiscrétionnaire.


Dîner libre

À 20 h, Médiathèque de l’Institut français d’Estonie

Fahrenheit 451, de François Truffault.



Samedi 17 septembre


9 h à 10 h 30

Quatrième séance de travail

Les réseaux sociaux numériques : pratiques et questionnements

Présidence de séance : M. Gilbert Mandzolo

Ingénieur des Mines, professeur de français, Tallinn, Estonie.

Traduction estonien-français : Mme Made Sultson.


Mme Kai Pata, senior researcher, Center for Educational Technology, Institute of Informatics, Université de Tallin, Estonie.

Sotsiaalvõrgustike kasutamine kõrgkooli õppetöös Eesti näidetel (conférence en estonien).

L’utilisation des réseaux sociaux dans l’enseignement supérieur. Exemples estoniens.

M. Serge Proulx, professeur titulaire à l’Université du Québec, Montréal, Canada. Professeur associé à Télécom ParisTech, Paris, France.

L’irruption des médias sociaux. Enjeux éthiques et politiques.

M. Henn Sarv, IT teacher and consultant, Tallinn, Estonie.

Isik ja sootsium. Sotsiaalvõrk kui kollektiivne teadmine, kollektiivne mõtlemine, kollektiivne jõud (conférence en estonien).

Personne versus communauté. Les réseaux sociaux comme connaissance collective, pensée collective, force collective.


10 h 30 à 11 h

Pause


11 h à 12 h 30

Cinquième séance de travail

L’univers numérique

Présidence de séance : M. Tanel Lepsoo

Directeur de l’Institut des langues et littératures germaniques, romanes et slaves, Université de Tartu, Estonie.

M. Madis Jürviste, Association franco-estonienne de lexicographie (AFEL), ancien président de l’AFEL, co-rédacteur du GDEF, Tallin, Estonie.

M. Ülo Siirak, lecteur de français de l’Université de Tallinn, membre du bureau de l’AFEL, Estonie.

Le projet du nouveau Grand Dictionnaire estonien-français.

M. Alain Vuillemin, professeur émérite de l'université d'Artois, Laboratoire «Â Lettres, Idées, Savoirs » de l'université Paris-Est.

La littérature numérique en langue française (1964-2011).


12 h 30 à 15 h

Déjeuner buffet


15 h à 16 h 30

Sixième séance de travail

Professeurs de français en Estonie

Présidence de séance : Mme Claude Anttila

Présidente de la section finlandaise des médaillés des Palmes académiques (AMOPA).


Mme Triinu Tamm, éditrice (Loomingu Raamatukogu) et traductrice littéraire, responsable du projet théâtre au lycée Vanalinna Hariduskollegium, Tallinn, Estonie.

Faire du français en faisant du théâtre – une expérience ludique à partager.

Piret Kanne, responsable de l’examen national de français, coordonnatrice du curricula national des langues étrangères, Centre national des examens et de qualification, Tallinn, Estonie.

Les langues étrangères dans le système scolaire estonien – un aperçu général sur la problématique de l’enseignement des langues étrangères dans les écoles.

Mme Aleksandra Ljalikova, maître de conférences, Université de Tallinn, rédactrice en chef de la revue Synergie Pays riverains de la Baltique, Gerflint, Tallinn, Estonie.

La carrière académique versus recherche francophone en sciences humaines et sociales.

Mme Katrin Meinart, professeur de français. Présidente de l’Association des professeurs de français d’Estonie. Tallinn, Estonie.

L’enseignement du français aux jeunes enfants en Estonie – entre les vieilles traditions et de nouveaux défis.



16 h 30 à 17 h 30

Séance de clôture

Vœux de la 24e Biennale

Accueil des membres estoniens et finlandais

de l’Ordre des palmes académiques


17 h 30

Cocktail de clôture









 

Recherche


A la Une

La Biennale de la langue française et ses partenaires* organisent un colloque international qui se tiendra à Chicago du 2 au 5 octobre 2019 autour de la thématique « Bilinguisme, plurilinguisme : mythes et réalités. Quels atouts pour la francophonie ? ». Les inscriptions sont ouvertes.