Biennale de la Langue Française

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Envoyer Imprimer PDF

Alain VUILLEMIN
Université d’Artois, Arras
Centre d’études et de recherches sur les textes électroniques littéraires


« Les Trois Mousquetaires » d’Alexandre Dumas en éditions électroniques



Il est des œuvres dont le succès et la fortune sont quelquefois exceptionnels. C’est peut-être le cas des Trois Mousquetaires, ce roman populaire qui a été composé en collaboration par Alexandre Dumas et par Auguste Maquet (1) et qui fut publié pour la première fois par le journal Le Siècle sous la forme d’un feuilleton du 14 mars au 14 juillet 1844. Le succès fut immédiat. Dès la fin de l’année 1844, le roman était aussi publié en plusieurs volumes (2).

Depuis, sa fortune a été considérable et ses rééditions, ainsi que ses traductions, ne se comptent plus. Il en aura même existé dès 1997 trois éditions électroniques (3), une première dès 1995 aux éditions Ilias, sur trois disquettes informatiques et sous la forme d’un hyperlivre (4), une seconde, en 1996, toujours par les éditions Ilias, sur Internet (5), et une dernière, en 1996 également, sur un premier cédérom littéraire et multimédia, Alexandre Dumas : un aventurier de génie (6), produit par une maison d’édition nouvelle, la société Acamédia.

Ce cédérom, Alexandre Dumas : un aventurier de génie, correspond à vrai dire à une réédition presque complète des œuvres d’Alexandre Dumas. Il comporte 61 titres de cet écrivain, dont les 33 romans qui ont été écrits et signés par lui et dont Les Trois Mousquetaires, reproduits en texte intégral et accompagnés de surcroît d’une iconographie et d’illustrations reprises d’éditions imprimées antérieures (7).

Ce sont des formes d’éditions de textes électroniques d’un genre nouveau qui surgissent. Ce sont peut-être aussi des matériaux de travail inédits qui apparaissent pour l’enseignement des lettres et de la langue. Qu’en est-il ? En quoi ces trois éditions électroniques et multimédias des Trois Mousquetaires pourraient-elles constituer de nouveaux instruments d’initiation pour redécouvrir cette œuvre, la relire et en approfondir la connaissance?



I. Des instruments de découverte

Ce sont d’abord des instruments de découverte. Ces trois éditions ont été conçues de propos délibéré pour proposer des modes d’approches inédits de ce roman, Les Trois Mousquetaires, non seulement à partir du texte mais aussi par l’intermédiaire d’images et de photomontages audiovisuels.

Les deux éditions réalisées par la société Ilias sur le réseau Internet ou sur des disquettes micro-informatiques s’en tiennent exclusivement au texte du roman. Il est possible d’en prendre connaissance d’une manière encore traditionnelle, sur Internet, en le lisant sur des pages écrans. Il est plus intéressant de le découvrir sous sa forme d’« hyperlivre » (8), en « mode hypertexte » (9), sur les disquettes micro-informatiques qui sont diffusées par Ilias ou, selon le même principe, sur le cédérom d’Acamédia. Les hypertextes permettent de circuler et de « naviguer » avec une grande facilité à l’intérieur du texte, d’y pénétrer par l’intermédiaire du titre, de la table des matières, ou encore des pages-écrans.

C’est déjà un premier mode d’exploration qui est étendu sur le cédérom d’Acamédia, Alexandre Dumas : un aventurier de génie, à la consultation des résumés, des articles critiques et des commentaires qui accompagnent l’édition des 33 romans et 61 titres en tout (parmi les œuvres d’Alexandre Dumas) qui se trouvent incrustés sur le disque. Une autre approche, multimédia, caractérise ce cédérom, le premier d’une collection intitulée « Image et Littérature », qui veut faire découvrir un auteur, son œuvre entière (ou presque complète dans l’exemple d’Alexandre Dumas) d’une manière interactive et par le biais de l’image. Ces images, organisées en « carnets », ou en « dossiers », sont constituées par des reproductions de gravures, de croquis, de tableaux, de portraits, de dessins, de caricatures du temps. Des légendes les accompagnent, notamment à l’intérieur d’un photomontage sur « la vie de Dumas » dont les commentaires sonores résument les principaux moments de sa biographie. Un autre montage multimédia correspond à une présentation, une « visite guidée » du contenu du cédérom et de la manière de s’en servir. Dès lors, le lecteur est incité à multiplier les promenades interactives autour d’Alexandre Dumas et de son époque.

Dans les deux cas, qu’il s’agisse d’une édition qui s’en tienne au texte seul ou qui soit enrichie au contraire de compléments multimédias, d’images et de photomontages, les approches adoptées par les maisons d’édition Ilias et Acamédia cherchent à atteindre un public étendu mais sans aucunement comporter de visée didactique à proprement parler. La finalité première est éditoriale et documentaire (10). Quoi qu’il en soit, ces premières éditions électroniques des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas en sont un instrument de découverte ou de redécouverte particulièrement attrayant.



II. Des instruments de lecture

Ce sont ensuite des instruments de lecture d’une nature inédite. Les « textes » littéraires restent faits de mots, de phrases, de paragraphes, et les mots, les énoncés, les termes employés par les écrivains en constituent le « tissu » et la « texture ». Des écrans de travail, intitulés « Écran de recherche littéraire » sur le cédérom Alexandre Dumas : un aventurier de génie, ou encore appelés le « Livre des citations de » sur l’hyperlivre des Trois Mousquetaires, permettent en effet de mener des recherches sur des « mots » d’abord, puis, par extension, sur des « citations » et sur des thèmes.

La recherche par mot repose en apparence sur le même principe. Les écrans de travail comportent un encadré où le lecteur est invité à dactylographier un mot, une expression ou une locution. Les démarches de traitement et de présentation sont toutefois très différentes entre les deux éditions. L’on ferraille et l’on se bat beaucoup en duel dans Les Trois Mousquetaires. Sur l’hyperlivre des éditions Ilias, à propos des emplois du mot « duel », il est précisé que 23 citations en ont été trouvées. Les localisations dans l’œuvre sont mentionnées par l’intermédiaire des numéros des pages-écrans à l’intérieur de cette édition électronique. Les contextes immédiats en sont affichés. Un simple clic sur l’une de ces citations permet d’accéder à la page-écran correspondante. Le lecteur reste libre alors d’élargir sa recherche et de poursuivre son exploration comme il l’entend. Au mot « duel » se trouvent associés également par le logiciel trois termes : « adversaire », « deux » et « offense », qui renvoient à leur tour à 19, 37 et 55 « mots proches trouvés », dont les listes sont affichées en une autre zone de l’écran de travail. Là encore, d’un simple clic, l’on peut choisir tel ou tel de ces « mots proches trouvés », faire apparaître les citations correspondantes et retrouver les pages-écrans environnantes comme précédemment.

Du mot à la citation, la recherche peut s’étendre aux thèmes, à leur architecture, à leurs constructions respectives et à leurs renvois mutuels. Sur le cédérom Alexandre Dumas : un aventurier de génie, la recherche peut porter sur un terme isolé ou sur une combinaison de mots, tantôt sur une seule œuvre, ici sur Les Trois Mousquetaires en l’occurrence, tantôt sur la totalité des 61 textes qui sont incrustés sur le disque. L’on peut faire alors des découvertes surprenantes, par exemple qu’il existe 19 emplois du mot « duel » en 16 pages-écrans dans Les Trois Mousquetaires (mais « duel » peut se trouver mentionné plusieurs fois sur une même page-écran), alors qu’il en existerait 297 attestations en 259 pages-écrans sur l’ensemble du cédérom (qui comporte 43 000 pages-écrans environ). Les réponses sont classées selon un ordre de pertinence décroissant. Les citations les plus significatives se trouveraient d’abord dans Le Vicomte de Bragelone, la suite des Trois Mousquetaires, puis dans Les Quarante-Cinq et enfin dans Le Comte de Monte-Cristo. La première mention des Trois Mousquetaires n’arrive qu’à la 129e position.

Ces constatations peuvent devenir le départ de réflexions et de recherches nouvelles. Ce sont de nouveaux modes de « lecture associée par ordinateur » ou de « lecture interactive » qui se trouvent proposés.



III. Des instruments d’approfondissement

Ce sont enfin des instruments d’approfondissement sur l’œuvre, la vie et l’époque d’Alexandre Dumas. Les perspectives adoptées sont différentes mais l’hyperlivre des éditions Ilias sur Les Trois Mousquetaires et ses fonctionnalités de recherche peuvent être utilisées pour pénétrer plus avant dans l’épaisseur du texte, dans la construction du récit, dans la stratification de ses significations, dans l’écheveau de ses thèmes, dans l’entrelacs de ses réseaux d’images et de métaphores.

Le cédérom Alexandre Dumas : un aventurier de génie ne le permet pas. Il comporte en revanche un appareil critique important, sur la vie aventureuse et sur la biographie d’Alexandre Dumas, sur la chronologie de ses écrits et de ses publications, sur les événements du temps aussi, auxquels renvoient ses Causeries et ses Mémoires qui sont également incrustés sur le disque. Or Alexandre Dumas évoque « la triple épopée des Mousquetaires » (11) au moins en deux endroits de ses Mémoires, aux chapitres CLXX et CCXXVIII. La « chronologie » et les « carnets d’images » permettent de revenir sur les principaux événements historiques, intellectuels et littéraires du temps. Les « notices critiques » et les « articles divers », au nombre d’une trentaine environ, fournissent enfin une matière importante, qui se veut utile « à ceux qui veulent se divertir en s’instruisant, jeunes et adultes, qui pourront découvrir un auteur et ses œuvres par le multimédia ou approfondir leurs connaissances littéraires... », comme « à ceux qui veulent étudier, élèves, étudiants et professeurs, qui ont à leur disposition des textes [qui n’ont] jamais [été] rassemblés sur un même disque, [et qui sont] parfois inédits » (12).

Telle est la profession de foi qui est illustrée par le contenu du disque. C’est, en vérité, à l’équivalent d’une bibliothèque de 61 livres imprimés parmi les titres des œuvres d’Alexandre Dumas que l’on a affaire. Deux éditions imprimées ont été utilisées d’ailleurs, l’édition en 298 volumes des œuvres d’Alexandre Dumas parue entre 1874 et 1890 chez Calman-Lévy pour le théâtre, et l’édition en 25 volumes publiée en 1905 par Le Vasseur pour les romans, les récits de voyage et les mémoires. L’illustration musicale reprend des extraits de compositeurs contemporains, notamment de F. Kulhau, de G. Glück, de F. Schubert et de G. Donizetti. La matière réunie est riche. L’ensemble permet aussi de mieux situer Les Trois Mousquetaires par rapport à l’œuvre de l’écrivain. En ce sens, la consultation du cédérom des éditions Acamédia permet de compléter utilement les explorations permises par l’hyperlivre de la maison Ilias.


Conclusion

Peut-on conclure ? En cette fin du XXe siècle et à la veille du prochain millénaire, on pressent que l’essor du multimédia et les progrès de l’informatique vont provoquer de grands bouleversements dans les enseignements de lettres et de langues, en quelque langue que ce soit. Le phénomène est universel. Les enjeux sont mondiaux. Ce qui était imprimé n’est plus l’unique vecteur de diffusion de la littérature. Les « livres » deviennent électroniques, l’édition devient « multimédia », les textes littéraires ont commencé à circuler sur Internet et sur les autres « autoroutes de l’information ». Un formidable processus d’informatisation, celui du secteur du livre et de ses structures industrielles, s’est amorcé.

On n’en est encore, toutefois, qu’à ses premiers balbutiements. Presque tout, en particulier, reste à découvrir sur la « lecture assistée par ordinateur » ou sur la « lecture interactive ». L’hyperlivre qui a été réalisé par la société Ilias en 1995 sur Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas et la version qui en a été réalisée en 1996 sur Internet, le cédérom littéraire Alexandre Dumas : un aventurier de génie, qui a été produit en 1996 par la société Acamédia, ne sont que de premiers essais. Ils ont le mérite d’exister. Ils prouvent que l’informatique peut contribuer à renouveler l’approche de la littérature et peut-être aussi de son enseignement ; ils montrent que, sous réserve d’être intelligemment conçues et utilisées, des éditions électroniques et multimédias peuvent constituer de nouveaux matériaux de travail et se révéler des instruments de découverte, de lecture ou d’approfondissement d’une œuvre d’une puissance inégalée. Le catalogue des éditions Ilias comptait en 1997 près d’une centaine de titres d’hyperlivres disponibles, de Tristan et Iseut de Béroul à À l’Ombre des jeunes filles en fleurs de Proust, et du Discours de la méthode de Descartes ou des Pensées de Pascal aux Fables de La Fontaine, aux Œuvres de Nerval ou aux Fleurs du mal de Baudelaire, du théâtre de Molière à celui de Beaumarchais, ou encore des romans de Crébillon à ceux de Balzac, de Flaubert, de Fromentin ou de Maupassant. En 1997, la société Acamédia prévoyait de sortir un second cédérom multimédia, François-René de Chateaubriand : les itinéraires du romantisme. D’autres titres étaient en préparation sur les plus grands textes de la littérature française.

C’est l’avenir de la littérature, qu’il s’agisse de la littérature française ou des littératures d’expression française, qui était en train de se jouer.


Notes

(1) La collaboration entre A. Dumas et A. Maquet avait commencé en 1839. En 1858, au terme d’un procès retentissant, A. Maquet recouvrera 25 % de sa propriété et de ses droits d’auteur.

(2) Dumas (Alexandre) : Les Trois Mousquetaires, Paris, Baudry, 1844, 8 volumes.

(3) Il en existait aussi une quatrième édition en « mode image », à partir d’une reproduction en fac-similé de l’édition princeps à la Bibliothèque nationale de France, qui n’était pas encore accessible au public toutefois en 1997.

(4) Ilias : Les Trois Mousquetaires, A. Dumas, Levallois-Perret, Ilias (Collection « chefs d’œuvre de la littérature »), 1995, 3 disquettes.

(5) site : « http ://le-chateau.Ilias.com. »

(6) Acamédia : Alexandre Dumas : un aventurier de génie, Paris, Acamédia (collection « Image et Littérature »), 1996, un cédérom.

(7) à savoir les éditions Calman-Lévy (1874-1890) et Le Vasseur (1905) principalement.

(8) « Hyperlivre » : néologisme fabriqué par la maison d’édition Ilias pour désigner ses propres productions.

(9) « Hypertexte » : nom générique donné à des programmes informatiques qui permettent de circuler entre des « blocs » d’information par l’intermédiaire de « liens », de « nœuds » et de « boutons ». Le terme a tendance à désigner dans le langage courant tout texte numérisé édité en « mode hypertexte ».

(10) La collection des « chefs d’œuvre de la littérature » des éditions Ilias est toutefois conçue pour être utilisée en même temps que les « Classiques Larousse » correspondants. Il existe depuis 1986 un « Classique Larousse » intitulé : Alexandre Dumas. Les Trois Mousquetaires, dû à Evelyne Amon et à Yves Bomati, avec une notice bibliographique, une notice historique et littéraire, des notes explicatives, une documentation thématique, des jugements, un questionnaire et des sujets de devoirs.

(11) Voir id. 6, pages-écrans nos 3297 et 4325.

(12) « Présentation d’Acamédia », in id. 6.

 

Accréditation OING Francophonie

Sommaire des Actes de la XVIIe Biennale

SOMMAIRE DES ACTES DE LA XVIIe BIENNALE


SOMMAIRE

XVIIe Biennale de la langue française Neuchâtel 1997

Multimédia et enseignement du français

Sommaire

Préface de Roland ELUERD



SÉANCE SOLENNELLE D'OUVERTURE

Allocution d'Alain GUILLERMOU

Allocution de Jean-Jacques DE DARDEL

Allocution de Jean GUINAND

Allocution de Denis MIÉVILLE

Message de Sheila COPPS

Message de Hubert VÉDRINE

Message de Stélio FARANDJIS

Message de Xavier DENIAU

Message de Bernard QUÉMADA

Message de Federico MAYOR



I PANORAMA DU MULTIMÉDIA D'ENSEIGNEMENT

Jeanne OGÉE

Jean-Claude GUÉDON

Jean-Alain HERNANDEZ

Adrian MIHALACHE

Micheline SOMMANT

François DELAUNAY

Dominique SOUDAIS

Francis PIOT

Etienne BOURGNON et Alain VUILLEMIN



II. DONNÉES TECHNIQUES, USAGES PÉDAGOGIQUES ET DOCUMENTAIRES

Dominique LAMICHE

Frédérique PÉAUD

André OBADIA

Jean-Paul BUFFELAN-LANORE

Marie-Josée HAMEL et Eric WERHLI

Alain VUILLEMIN

Bernard EMONT


III. ESPACES FRANCOPHONES DU MULTIMÉDIA

Christian ROUSSEAU et Jocelyn NADEAU

Mariana PERISANU

Mioara TODOSIN

Marius DAKPOGAN

Théodore KONSEIGA

Kouaho Elie LIAZÉRÉ

Jean SOUILLAT

Marc MOINGEON

Bernard PÉCRIAUX



IV. IMPLICATIONS CULTURELLES DU MULTIMÉDIA

Jean BUREL

Mohamed TAÏFI

Rabah CHIBANE

Roland DELRONCHE

Claire-Anne MAGNÈS

Gabriela MARCU et Mariana MUNTHIU

Albert DOPPAGNE

Charles MULLER

Petre RAILEANU



V. TV5 ET L’ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS

Arlette NIÉDOBA

Michel PERRIN

Danièle TORCK

Janry VARNEL

Valérie JATON

Jean SAVARD



TABLE RONDE «TV5, la télévision mondiale en français.La langue de l’autre»

animée par Marlène Bélilos avec Roger Francillon, Hugo Lœtscher, Charles Méla et Gilbert Musy


LA SUISSE ET LA FRANCOPHONIE

Jean-Jacques DE DARDEL

Claire LUCQUES

Jean-Marie VODOZ

Urs TSCHOPP



TABLE RONDE «La Suisse et la francophonie»

animée par Catherine Pont-Humbert avec Freddy BUACHE, Jacques CHEVRIER, Charles JORIS et Jacques SCHERRER


SÉANCE DE CLÔTURE

Vœux de la XVIIe Biennale

Discours de clôture d' Alain GUILLERMOU

Discours de clôture de Roland ELUERD

Échos de la XVIIe Biennale

Liste des participants



A la Une

Les Actes de la XVIIIe Biennale à Chicago sont consultables en ligne à l'adresse suivante https://www.biennale-lf.org/les-actes-de-la-xxviiie-biennale.html